4: Sujets corrigés

Chapitre 4 Sujets corrigés



SUJET 1 Champagne-Ardenne


En vous appuyant sur les catastrophes naturelles de la fin d’année 1999, discutez des limites de la technologie moderne et des formes de solidarité ou d’individualisme que cela peut générer.



Corrigé







SUJET 2 Lorraine I


« La collectivité a beau protéger les vieux, elle n’empêche pas ceux-ci de voir se restreindre leurs liens avec l’environnement, et même de tomber dans la solitude la plus redoutable ».


Analysez cette réflexion d’un sociologue et proposez des remédiations concrètes à la solitude des personnes âgées.



Corrigé


Les rubriques des faits divers, dans les journaux, mentionnent parfois la découverte tardive du corps d’une personne âgée, décédée à son domicile sans la moindre alerte. La canicule de l’été 2003 a donné une ampleur tragique à ce type de circonstance. La solitude des vieillards est en effet un problème spécifique des grandes villes où tout facilite l’anonymat ; toutefois le développement de l’aide à domicile et la présence d’auxiliaires de vie auprès de nombreux vieillards peut et doit corriger l’effet néfaste du milieu urbain.




Les remédiations mises en place


Notre société est organisée pour apporter assistance et réconfort aux vieillards affaiblis et esseulés. On développe de plus en plus l’aide à domicile, et la prise en charge financière peut être très importante et correspondre à une prise en charge d’invalidité. Mais ce déploiement de solidarité se fait à la demande du bénéficiaire ou de ses proches ; or la personne âgée qui s’est enfermée dans sa solitude souvent ignore ses droits ou ne sait pas à qui s’adresser pour en bénéficier. L’aide à domicile peut intervenir par le détour d’un acte médical : les médecins généralistes, les infirmières informent souvent leurs patients sur les services sociaux susceptibles de leur faciliter la vie.


Quand la solitude n’est pas associée à l’invalidité, elle peut trouver remède dans les activités de loisirs que gèrent beaucoup de municipalités pour les personnes âgées. Il convient, pour les organisateurs, de les diversifier le plus possible ; il faut aussi les promouvoir par voie postale et offrir aux participants des facilités de transport qui leur évitent fatigue de trajet et peur des mauvaises rencontres.


Les maisons de retraite sont censées remédier à toutes les vicissitudes de la solitude des vieillards ; elles assurent hébergement, divertissement et soins. Toutefois ce triple contrat est inégalement tenu, et cela peut aussi bien venir de l’établissement et de son personnel que du pensionnaire lui-même ; certains vieillards n’acceptent pas de quitter leur logis et contestent leur placement en maison de retraite en s’enfermant dans le plus profond mutisme et même parfois en se laissant mourir.



Les remédiations par la prévention


Prévenir la solitude de la vieillesse est possible individuellement et socialement. Individuellement signifie que l’on n’attend pas le grand âge pour s’en prémunir, en choisissant par exemple l’éventuelle maison de retraite dont on peut avoir besoin. Par ailleurs, il est bon de penser à se créer un environnement facilitant le quotidien d’un vieillard et lui permettant de rester indépendant le plus longtemps possible. Il s’agit quelquefois de décider assez tôt de se rapprocher du domicile de ses enfants ou de proches plus jeunes que soi.


Socialement, on peut aussi instaurer une sorte de prévention de la solitude des vieillards. Les associations dites du troisième âge existent partout et créent des réseaux de relations pour les nouveaux retraités qui se trouvent tout d’un coup privés du réseau des relations professionnelles ; pour un veuvage récent, ces associations représentent aussi un moyen d’atténuer la solitude. Mais la façon la plus authentique de créer du lien social pour les personnes âgées est de les rendre acteurs. Quelques maisons de retraite privilégient ce principe en assurant l’accueil et la garderie pour de jeunes enfants : une relation de tendresse stimulante et sans préjugés s’instaure souvent facilement avec les personnes âgées.


Le soutien scolaire dispensé par des retraités de bon niveau, souvent anciens enseignants, devient de plus en plus un recours nécessaire et fort apprécié. Par cette médiation, vieillesse et utilité sociale se trouvent associées : pour les personnes âgées, il s’agit d’un réconfort ; pour les jeunes, d’une bonne leçon de vie.




SUJET 3 Lorraine II


« Sida : pas de répit ! » Ainsi titrait L’Alsace du 25 novembre 1998. Faites une analyse des différents aspects de cette maladie (modes de transmission, prévention, traitement…) justifiant ce titre alarmiste.



Corrigé


Depuis le début de l’épidémie du sida, on compte 30 millions de morts. Ce décompte est d’autant plus terrible que sa progression rapide est certaine, faute de vaccin, faute de soins pour les pays pauvres, et faute aussi de précautions suffisantes pour les pays développés. On ne peut encore aujourd’hui parler du sida qu’en termes alarmistes. On a là une épidémie dont on connaît l’origine et les modes d’extension, mais que l’on soigne difficilement et avec parcimonie : la trithérapie, par son coût, reste réservée aux malades des pays riches.




Une prévention qui reste précaire


La prévention s’est faite par l’intermédiaire du corps médical et des médias, et a constitué un thème de société dominant dans les dix dernières années du xxe siècle. Des distributeurs de préservatifs ont été installés dans les espaces publics les plus fréquentés ; des campagnes de publicité et de presse ainsi que des émissions de télévision, avec des plateaux humanitaires et scientifiques très rassembleurs, ont pris en charge l’éducation du public, et tout particulièrement celle des jeunes. Toutes sortes de conseils ont été donnés : utilisation du préservatif, pas d’échange de seringue entre drogués, des gants de plastique pour tous ceux qui prennent en charge des blessés, auto-transfusion pour les futurs opérés. Mais, comme cela se produit avec les écoliers, le grand public a fini par ne plus écouter ces conseils pourtant réitérés. En décembre 2000, un responsable d’association de lutte contre le sida a souligné cette indifférence en disant « le sida n’est plus à la mode ». Ainsi ont été relancées des campagnes publicitaires recommandant l’utilisation du préservatif.


La prévention dans les pays en développement ne dispose pas des moyens d’information et d’éducation des pays développés. ONUSIDA a été créé en 1995 pour coordonner les efforts des différentes institutions et en particulier de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et pour développer la recherche et l’information sur la maladie. Sur les 30 millions de personnes infectées par le virus du sida dans le monde, 70 % se trouvent en Afrique, et chaque jour, 16 000 personnes à travers le monde sont infectées.


Ainsi, indifférence ou sous-développement viennent affaiblir l’efficacité des moyens de prévention.

Mar 22, 2020 | Posted by in MÉDECINE INTERNE | Comments Off on 4: Sujets corrigés
Premium Wordpress Themes by UFO Themes