Appareil respiratoire

16. Appareil respiratoire








L’appareil respiratoire regroupe les organes dont la fonction est d’assurer la respiration. Cette fonction vitale est un échange gazeux entre les poumons et l’air atmosphérique.

L’appareil respiratoire se compose :




• des voies aériennes, constituées : des cavités nasales, du pharynx, du larynx, de la trachée et des bronches. Elles véhiculent l’air atmosphérique ;


• des poumons, en majeure partie formée par les alvéoles pulmonaires qui constituent la surface d’échange ;


• des plèvres, enveloppes séreuses permettant le glissement des poumons contre la paroi thoracique ;


• des muscles respiratoires, qui assurent en permanence la circulation de l’air dans les voies aériennes et les poumons ;


• de la circulation sanguine pulmonaire.


I. Organogenèse


Le diverticule respiratoire ou bourgeon pulmonaire apparaît au début de la 4e semaine. Il forme au niveau de la face ventrale de l’intestin antérieur une évagination ventrale qui sera à l’origine de la trachée (fig. 16.1). Au cours de son développement, il est tapissé d’une couche de mésoblaste à l’origine de la vascularisation, du cartilage et de la musculature des bronches. À la fin de la 4e semaine, le bourgeon pulmonaire se bifurque en bourgeons bronchiques droit et gauche, à l’origine de chaque poumon. Pendant la 5e semaine, les bourgeons bronchiques droit et gauche se ramifient respectivement en trois et deux bourgeons bronchiques secondaires à l’origine des trois lobes pulmonaires droits et des deux lobes pulmonaires gauches (fig. 16.1). Par la suite, les ramifications se poursuivent et remplissent progressivement les cavités pleurales. Il existe ainsi des bourgeons bronchiques tertiaires de chaque côté, qui donneront les segments bronchopulmonaires.


À la 28e semaine, la 16e ramification donne naissance aux bronchioles terminales qui en se ramifiant donnent les bronchioles respiratoires. À partir de la 36e semaine, les bronchioles respiratoires s’entourent d’alvéoles pulmonaires primitives dont le mésenchyme devient hypervascularisé. Les alvéoles pulmonaires primitives mûrissent ensuite jusqu’à la naissance et continuent à se former jusqu’à l’âge de 8 ans. Ce n’est qu’au moment de la naissance que les poumons assurent leur fonction respiratoire. Jusqu’à la naissance, les futurs espaces aériens sont remplis de liquide amniotique, qui est remplacé par de l’air lors des premiers mouvements respiratoires.


II. Voies aériennes






• les voies aériennes supérieures sont situées dans la tête et dans le cou. Elles comprennent toutes les structures situées au-dessus de la trachée (fig. 16.2). Ce sont les cavités nasales avec les sinus parasinusaux, le pharynx et le larynx. Dans le pharynx, les voies aériennes et digestives se croisent ;



• les voies aériennes inférieures se situent dans le cou et le thorax et se composent de la trachée et des ramifications de l’arbre bronchique, jusqu’aux alvéoles pulmonaires (fig. 16.3).



A. Cavités nasales


Les cavités nasales sont des cavités médianes et irrégulières de la face qui constituent la partie initiale de l’appareil respiratoire (fig. 16.4). Elles sont paires (droite et gauche) et sont séparées par une cloison ostéocartilagineuse sagittale, le septum nasal. Chaque cavité nasale est ouverte en avant vers l’extérieur par une narine, et en arrière, vers le pharynx, par un choane. Elles sont composées de quatre parois : latérale, médiale, un toit et un plancher. Les cavités nasales sont tapissées d’une muqueuse respiratoire ciliée très vascularisée (tache vasculaire sur la paroi médiale). Les parois latérales possèdent trois lames osseuses, les cornets nasaux, qui font saillie dans les cavités nasales. Les cornets nasaux augmentent la surface muqueuse, assurant la filtration, le réchauffement et l’humidification de l’air (fig. 16.5).








C. Larynx




Le cartilage thyroïde, le plus volumineux des cartilages du larynx, est constitué de deux lames quadrilatères réunies en avant pour former la proéminence laryngée ou « pomme d’Adam » (fig. 16.8 et cf.fig. 2.9 au chapitre 2). Il repose sur le cartilage cricoïde qui forme un cylindre en forme de bague dont le chaton serait postérieur. Le bord inférieur du cartilage cricoïde s’articule avec le premier anneau de la trachée.

En arrière du cartilage thyroïde s’insère le cartilage épiglottique, charpente de l’épiglotte ; lors de la déglutition, l’épiglotte se rabat sur l’orifice supérieur du larynx et protège les voies aériennes inférieures de l’inhalation du bol alimentaire (« fausse route »). Situés également en arrière du cartilage thyroïde, les cartilages aryténoïdes sont pairs et forment des petites pyramides reposant sur le cartilage cricoïde. Leur mobilité permet la mise en mouvement des plis vocaux, recouvrant les ligaments vocaux (fig. 16.8, B), entre lesquels se situe la glotte. L’air expiré traverse la fente glottique et fait vibrer les plis vocaux permettant l’émission des sons (fonction phonatoire du larynx) (fig. 16.9). Les cartilages aryténoïdes portent aussi l’insertion des ligaments vestibulaires (fig. 16.8, B) (recouverts des plis vestibulaires), reliés au cartilage épiglottique par les membranes quadrangulaires ; les plis vestibulaires créent la fente vestibulaire (fig. 16.9) située au-dessus de la fente glottique.

Only gold members can continue reading. Log In or Register to continue

Apr 2, 2020 | Posted by in GÉNÉRAL | Comments Off on Appareil respiratoire
Premium Wordpress Themes by UFO Themes