17: Temps antérieurs. Plastron

Chapitre 17 Temps antérieurs. Plastron





La cure de cystocèle par voie basse selon la technique du plastron, mise au point par Gilles Crépin, s’adresse aux cures de prolapsus par voie basse présentant une cystocèle majeure chez une patiente ménopausée.


Les conditions de réalisation sont un excédent de tissu vaginal de la paroi antérieure permettant de réaliser un lambeau de vagin, laissé adhérent à la vessie, qui sera suspendu puis enfoui sous la colporraphie antérieure lors de la fermeture vaginale. Son avantage comme ses inconvénients sont ainsi même soulignés. Tissu autologue dont la tolérance est parfaite, le plastron ne peut être réalisé chez la patiente non ménopausée en raison d’un risque de mucocèle secondaire. Même chez une patiente sous traitement hormonal substitutif, il est plus prudent d’interrompre le traitement durant 3 à 6 mois afin de réduire le plus possible ce risque. La taille du plastron est dépendante de l’importance de l’excédent de tissu vaginal et, en cas de cystocèle modérée, sa taille sera limitée sous peine d’entraîner un rétrécissement vaginal. Cette technique simple, peu onéreuse, cumule donc les avantages du traitement des cystocèles latérales par la suspension latérale aux arcs tendineux du fascia pelvien et des cystocèles médianes centrales par le renforcement lié à la multiplication des plans tissulaires sous-vésicaux.




Techniques ou gestes opératoires proches


On peut rapprocher l’intervention :










May 4, 2017 | Posted by in CHIRURGIE | Comments Off on 17: Temps antérieurs. Plastron
Premium Wordpress Themes by UFO Themes