Cancer de l’ovaire

14. Cancer de l’ovaire



Définition et anatomopathologie


On distingue deux types de tumeurs malignes de l’ovaire :




• les tumeurs borderline qui ne possèdent que partiellement les critères de malignité;


• les tumeurs épithéliales malignes, dont le type histologique le plus fréquent est le cystadénocarcinome séreux.


Épidémiologie


Cinquième cancer chez la femme avec une incidence de 10/100 000 femmes soit environ 3 000 cas par an en France.

Ces cancers restent très longtemps asymptomatiques tout en évoluant rapidement : 75 % des cancers de l’ovaire sont découverts aux stades III et IV de la classification de FIGO avec des taux de survie de respectivement 23 et 8 % à 5 ans. C’est la deuxième cause de mortalité par cancer chez la femme après le cancer du sein qui touche 22 000 femmes par an en France.

Il n’existe pas de test de dépistage pour ce cancer à l’heure actuelle.


Terrain






• Âge > 50 ans mais il peut apparaître à n’importe quel âge.


• Ethnie caucasienne.


• Classe sociale élevée.


• Infertilité.


• Nulliparité.


• Première grossesse après 30 ans.


• Antécédents familiaux de cancer du sein, de l’endomètre ou du côlon.


• Antécédents familiaux de cancer de l’ovaire.


• Syndromes héréditaires :




– syndrome familial de cancer de l’ovaire;


– syndrome sein-ovaire;


– syndrome de Lynch II : associe des cancers de l’ovaire, endométriaux, coliques et du sein.


• Irradiation pelvienne.


• Amiante.

Le cancer de l’ovaire n’est pas hormonodépendant.

La contraception orale apparaît comme un facteur protecteur.


Diagnostic



Signes fonctionnels


75 % sont découverts aux stades III et IV devant :




• signes digestifs : douleurs, constipation, etc.;


• signes urinaires : pollakiurie, dysurie;


• signes généraux : AEG, amaigrissement;


• ganglions inguinaux;


• syndrome paranéoplasique : thrombophlébite, dermatomyosite, syndrome cérébelleux.

Ou alors, ils sont découverts de manière fortuite au cours d’un examen systématique devant une masse latéro-utérine dure irrégulière, hétérogène, fixée à l’utérus ou aux parois pelviennes, parfois bilatérale ou associée à une ascite ou au cours d’une échographie pelvienne devant un kyste ovarien mixte avec une composante solide. Dans ce dernier cas, on suspectera le caractère malin devant :




• taille > 10 cm;


• bilatérale;


• paroi épaisse;


• hétérogénéité;


• cloisons intra-kystiques;


• végétations intra ou extra-kystiques;


• forte vascularisation.


Examens complémentaires


Comme pour tous les cancers, le diagnostic est histologique. Dans le cas du cancer de l’ovaire, il n’est pas possible de réaliser des biopsies, aussi on réalise le bilan d’extension devant une masse ovarienne supposée maligne.

Only gold members can continue reading. Log In or Register to continue

Jul 15, 2017 | Posted by in GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE | Comments Off on Cancer de l’ovaire
Premium Wordpress Themes by UFO Themes