Cancer de l’endomètre

12. Cancer de l’endomètre



Définition


Cancer fréquent touchant les femmes ménopausées aux alentours de la soixantaine. Se manifestant par des métrorragies après la ménopause, c’est souvent un motif de consultation d’urgence. Il est important de ne pas passer à côté.

Il débute au niveau des cellules de l’endomètre situées dans la cavité utérine.


Épidémiologie


Premier cancer dans les pays développés :




• États-Unis : 40 000 nouveaux cas/an entraînant 6 500 décès;


• France : 4 500 nouveaux cas/an.

80 % sont découvert au stade I. Limité au corps utérin : survie 80 %.

10 % sont découvert au stade II. Extension au col : survie 60 %.

Histologie la plus fréquente : adénocarcinome.

Pas de dépistage de masse possible, car il n’existe pas de test de dépistage réalisable sur l’ensemble de la population féminine. Il n’est donc fait seulement sur signe d’appel : les métrorragies post-ménopausiques.


Diagnostic



Signes fonctionnels


Caractère des métrorragies : hémorragies franches de sang rouge ou noirâtre, spontanées, d’abondance variable, irrégulières et répétées.

Symptômes associés :




• leucorrhée (rare);


• hydrorrhée (rare);


• douleur (signe tardif faisant craindre un envahissement local);


• altération de l’état général (signe tardif).


Interrogatoire


Recherche de facteurs de risque du cancer de l’endomètre.




• Âge : incidence maximum vers 60 ans.


• Diabète HTA.


• Antécédents de cancer du sein ou du côlon HNPCC.


• Antécédents familiaux de cancer de l’endomètre.


• Recherche d’un terrain d’hyperœstrogénie relative car il s’agit d’un cancer hormono-dépendant :




– THS avec œstrogènes seuls;


– Nulliparité, pauciparité, première grossesse tardive, ménopause tardive, ménarches précoces;


– signe d’insuffisance lutéale : anomalies du cycle avec période anovulatoire;


– obésité : les aromatases de la graisse transforment les androgènes en œstrogènes.


• Prise de Tamoxifène : utilisé dans le traitement du cancer du sein, il entraîne une hyperplasie de l’endomètre et semble favoriser dans de rares cas le cancer de l’endomètre.


Examen clinique






• Examen sous spéculum : en général normal, on recherche :




– des métastases vaginales;


– un polype sentinelle au niveau du col.


• FCV : systématiques, ils n’ont de valeur que positifs.


• TV : recherche d’un envahissement local.


• Examen des seins : le cancer du sein a les mêmes facteurs de risque.


• Exploration des aires ganglionnaires.


Examens complémentaires



Échographie endovaginale


Signes non spécifiques :




• épaississement de l’endomètre >4 mm en post-ménopause, mal limité, irrégulier, hétérogène en l’absence de THS; >9 mm en cas de THS;


• parfois des images kystiques ou plages hypoéchogènes;

Doppler : hypervascularisation.

Chercher une autre cause : examen des ovaires : recherche d’une tumeur ovarienne œstrogèno-sécrétante.


Histologie


Comme pour tous les cancers, le diagnostic est histologique, soit :




• curetage biopsique au bloc opératoire sous AG ou sous rachi-anesthésie : mais on retrouve 20 % de faux négatifs;

Only gold members can continue reading. Log In or Register to continue

Jul 15, 2017 | Posted by in GYNÉCOLOGIE-OBSTÉTRIQUE | Comments Off on Cancer de l’endomètre
Premium Wordpress Themes by UFO Themes